Depuis décembre 1972, aucun humain n’a refoulé le sol de la Lune. Mais depuis quelques années, grâce la montée du tourisme spatial, le monde se remet à rêver, et se voit de plus en plus coloniser la Lune et même Mars.

D’ailleurs, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon a récemment annoncé qu’il souhaitait accélérer le mouvement et explique ainsi

«  Il est temps pour les États-Unis de retourner sur la Lune — mais cette fois pour y rester. Une implantation lunaire permanente est un objectif difficile mais qui vaut le coup. »

Base lunaire - esa.int

Base lunaire – esa.int

Le patron d’Amazon aimerait en effet créer un nouveau service afin de délivrer du matériel dans l’espace grâce à son projet Blue Origin et sa fusée New Shepard. Dans un premier temps, le service permettrait de livrer des vivres et du matériel de manière régulière aux astronautes d’ISS, la station internationnal. Le second temps propulse l’engouement beaucoup plus loin. Si loin que cette fois, on se retrouve à livrer sur la Lune.

L’objectif est simple, délivrer du matériel et la logistique nécessaire à une future colonisation de notre satellite. Il faudra tout de même le soutien de l’agence spatiale américaine et de l’administration de Trump pour concrétiser ces ambitions mais dès 2020, Blue Origin pourrait alors accomplir sa première mission avec un vaisseau lunaire doté d’un atterrisseur nommé « Blue Moon ». Ce dernier serait en mesure de livrer 4,5 tonnes de matériel : médical, outils scientifiques et habitations conçus pour la Lune.

Blue Moon - turner.com

Blue Moon – turner.com

Ce qui est intéressant de noter est la multiplication de ces projets spatiaux ces dernières semaines puisque SpaceX a fait part également de ses intentions : envoyer 2 touristes autour de la Lune pour 2018.

Pas forcément de concurrence à voir entre les 2 géants mais plutôt une complémentarité. Blue Origin se dirige vers le transport matériel et SpaceX dans le transport d’êtres humains. Les problématiques sont différentes et les 2 milliardaires pourraient donc parfaitement s’entendre pour délivrer du matériel via Blue Origin et amener les hommes sur la Lune via Space X.

Les agences spatiales ne sont pas en reste et travaillent déjà sur le sujet puisqu’en mars 2016, Johann-Dietrich Wörner, le directeur général de l’ESA indiquait déjà les directions à prendre pour les années à venir.

« J’ai l’intention de construire une base permanente sur la Lune : ce sera une station ouverte pour différents états participants, des pays des quatre coins du monde »

A suivre donc car la conquête de Mars étant prévu par Elon Musk pour 2024, ce premier test grandeur nature de colonisation sera un premier pas pour l’homme dans le domaine et un grand pas pour le tourisme spatial.

Posted by Vincent

Leave a reply